FENARAC
20 boulevard de Grenelle - 75015 PARIS.
Tel : 01 45 77 94 04
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

LA FENARAC a écrit le 28 Août 2018 au Président de la République Emmanuel MACRON et au Premier ministre Edouard PHILIPPE pour dénoncer une décision inacceptable qui fait des retraités une variable d’ajustement des finances publiques et détruit leur pouvoir d’achat.

Le Premier ministre vient d’annoncer que les retraites ne seraient revalorisées que de +0,3% en 2019 et 2020, malgré une inflation attendue à 1,6%. Pendant 4 ans, les pensions ont été gelées au motif que l’inflation était faible mais aujourd’hui, elle est ignorée au motif que la croissance est moins forte qu’espérée !

Une telle décision est inacceptable.

Elle est injuste car après la non revalorisation des retraites en 2018 et la hausse de la CSG de 1,7%, elle pénalise une nouvelle fois les retraités, y compris ceux ayant de petites pensions.

Prétendre que les retraités peuvent faire un effort parce que leurs ressources sont, en moyenne, légèrement supérieures à celles des actifs, c’est ignorer les fortes disparités de situations existant entre les retraités dont beaucoup « bouclent » difficilement leurs fins de mois, notamment quand ils sont issus des secteurs de l’artisanat et du commerce de proximité.

Elle est improductive car la baisse de la consommation des retraités freine la croissance alors que celle-ci produirait des effets positifs plus puissants que les sacrifices qui leur sont demandés aujourd’hui.

C’est enfin oublier que les retraités ont cotisé avec l’engagement que leurs pensions seraient garanties. Or, il n’est pas tenu : en ne revalorisant pas les retraites, on les fait baisser inexorablement. Le pouvoir d’achat des retraités est devenu une variable d’ajustement des finances publiques. A l’heure où une réforme des retraites se profile, les intentions du gouvernement inquiètent : veut-il simplement faire des économies ?

La FENARAC demande : - une compensation en 2018 pour la perte de pouvoir d’achat des retraites gelĂ©es depuis 4 ans, - l’indexation des pensions sur l’évolution du salaire annuel moyen, - la prise en charge de la cotisation des retraitĂ©s Ă  leur mutuelle : par un crĂ©dit d’impĂ´t ou un accès plus large Ă  l’Aide Ă  la ComplĂ©mentaire SantĂ© (ACS), en contrepartie de la hausse de CSG de 1,7%, comme pour les actifs qui ont bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une exonĂ©ration de cotisations pour la compenser.

Il est temps que les pouvoirs publics entendent la colère et l’inquiétude des retraités, face à des pensions et un pouvoir d’achat qui régressent d’année en année. Cette situation n’est plus supportable.

Le portail des retraités

fenara
  • Sous-indexer les pensions : intolĂ©rable
    LA FENARAC a écrit le 28 Août 2018 au Président de la République Emmanuel...
  • PĂ©tition pour le pouvoir d'achat des retraitĂ©s
    En décidant le 1er janvier 2018 de relever de 1,7 point la CSG sur les pensions des...
  • Le contrat santĂ© FENARAC
    A compter du 1er janvier 2018, tout adhérent peut bénéficier de la

VidÉos A CONSULTER

Vidéo de présentation de la FENARAC
Message de Bernard STALTER - Congrès de Limoux 2018

Vidéo du congrès de la FENARAC - limoux 2018